L’eau : un patrimoine commun

L’eau est-elle simplement une marchandise, un bien économique, où un précieux élément de notre patrimoine commun ?

Pendant longtemps ce sujet ne préoccupait pas grand monde car cette ressource était considérée comme inépuisable. Aujourd’hui l’eau a commencé à se raréfier et à se dégrader et la vision qu’on en a est bien différente. Depuis quelques années, parallèlement au concept de développement durable, on assiste à une patrimonialisation de l’environnement et des ressources naturelles. La directive cadre européenne sur l’eau stipule d’ailleurs que « L’eau n’est pas un bien marchand comme les autres mais un patrimoine qu’il faut protéger et gérer ».

Ces questions interrogent de nombreux citoyens de notre commune, motivés par l’intérêt général et la préservation des ressources, par la protection de l’environnement et par celle du patrimoine. Ils s’organisent pour que leurs voix collectives soient mieux entendues. Ils se posent des questions sur le devenir de nos sources (source de La Canal). Ils alertent par leur vigilance sur les pollutions qui touchent nos cours d’eau (pollution de la Florieyes). Ils mènent des actions de réhabilitation (cascade de Sauveclare).
Par ailleurs, nos élus refusent la dépossession de ce bien public qui leur est imposée et essaient de reprendre en main cette gestion de l’eau qui procédait auparavant de la souveraineté de chaque commune.

Toutes ces initiatives sont à faire connaître et à saluer.

Lorgues bénéficie de structures construites par nos prédécesseurs qui ont érigé un patrimoine de grande qualité pour garantir à très long terme l’approvisionnement en eau de la ville. Nous devons à nos héritiers le même souci , la même rigueur.
La première responsabilité qui incombe aux dépositaires actuels de ce patrimoine naturel et bâti, c'est de le préserver, de le transmettre aux générations futures sans l’amoindrir, sans le détériorer, mais en l’améliorant.

Alain MARCEL
31/01/2020

 



L' association "Cad'eau" et le collectif "A l'abord'âges"
s'inquiétent de la construction prochaine d'un lotissement sur le captage de la source de La Canal

 

La source de la Canal 
83510 Lorgues

Les premières traces de population à Lorgues remontent au   2ème siècle avant JC. Il s’agit de l’oppidum sur la colline de St Férréol, lieu de défense et de protection contre les invasions.
Les lieux de vie de ces peuplades étant généralement proches de rivières ou de sources, il est vraisemblable qu’en l’occurrence le site de la source de la Canal débouchant sur un lac (situé proche de l’Intermarché actuel) remplissait ce rôle.
l’eau étant indispensable pour la boisson, la propreté, l’élevage, les cultures vivrières et ensuite pour l’énergie des moulins à huile et à farines (environs de 1584), les tanneries (dont une trace récemment découverte à lorgues) et la constitution de l’argile pour fabriquer les céramiques.

     Au fil de son histoire, la source de La Canal est canalisée en tuyaux de céramique produits sur place  avec l’argile proche. Puis, les canalisations sont équipées de tuyaux en métal (fonte?) En 1928 le canal est divisé en deux conduites : eau potable et eau d’irrigation et d’énergie.
Des tunnels voûtés dans lesquels il est paraît-il possible de circuler debout pour le nettoyage et la réparation (1752). Des bassins de rétention sous-terrains sont construits pour laisser l’eau se décanter des sables (seule pollution à l’époque!).
 La population du moyen âge était d’environs 2600 personnes, chiffre qui n’a que très peu changé jusque vers les années 1940.
La source de l’étang, se situant à une côte plus basse et proche d’un étang, est longtemps réservée aux animaux, et aux cultures. Elle se rajoute ensuite à la consommation pour le sud-ouest du village 
En 1726 les deux lavoirs sont construits. 
Ce n’est que dans les années de 1970 que les premiers forages seront nécessaires pour compléter l’alimentation d’une population qui grandit et qui exige plus d’eau pour son hygiène, ses piscines et son gazon ! Il y a aujourd’hui 3 forages.

     Les hommes et les femmes habitant à Lorgues ont profité de cette source pendant plus de 2200 années.
Ils-elles se sont attaché-es à canaliser son eau, devenue vitale pour eux,
à nettoyer, réparer, agrandir le réseau, améliorer les conduites souterraines voûtées.
C’est la commune qui a financé toutes les infrastructures, et qui a fait payer les usagers d’eau potable et d’eau d’arrosage.
Les lorgais peuvent être fiers de cette réalisation qui devrait faire partie du patrimoine reconnu.

     D’autre part, si grâce à tous les forages (réalisés par les différentes équipes municipales)
nous pouvons aujourd’hui nous passer de son eau, demain ce ne sera peut-être pas le cas !
Cette eau sera nécessaire pour un maraîchage de proximité lors des proches pénuries de carburants.
Et imaginons que pour une raison ou une autre l’électricité (donc l’énergie de pompage des forages) vienne à manquer ?

Louis Clavier

(sources :  histoire de Lorgues cité franche de Provence de Louis Nardin ed.Papillon.)


1928 réalisation de 2 canalisations distinctes
- en rouge la canalisation d'eau potable qui fut ajoutée et qui circule encore dans les conduites souterraines des rues de Lorgues. Travaux décidés par le conseil municipal du maire Evesque (délibération du 6 Mars 1927 )


----------------------

 

L'association " Les amis de la cascade" allerte sur la pollution de la Florièyes


Var-Matin.30/01/2020


A St-Barthelemy, les eaux polluées du valon du Figueiret se jettent dans la Florieyes.

-------------------------

Compte rendu de la réunion d'information et d'échanges organisée le 1er février 2020 par le collectif "A L'abord d'âges" et l'association "Cad'eau".

Bonjour, 
Nous vous présentons un compte-rendu de la réunion publique qui a eu lieu le 1er février à la maison Oasis, à Lorgues. 
Ainsi que vous pouvez le constater sur les photos la salle était pleine, des citoyens principalement Lorguais très attentifs et concernés. 
Étaient présents également : Mr Georges Olivari, hydrobiologiste, maître de conférence associé à l'université d'Aix Marseille, en sa qualité de directeur de la maison régionale de l'Eau à Barjols, nous le remercions, de sa contribution et de ses éclairages. 
Mr Loic Nervi de l'association des amis de la Cascade, qui nous a offert des délicieux gâteaux des rois en provenance directe de sa boulangerie située rue Allongue, bien connue des lorguais. Mr Nervi nous a parlé de la pollution de la rivière située entre Flayosc et Lorgues, la Florieye, scandale dont il s'est emparé (voir svp sur YouTube rivière polluée Var France 3).
Le propriétaire du terrain  sur lequel est située la source était légalement présent en tout début de réunion, (pendant 30 minutes) et nous a indiqué que, écologiste il comprenait notre préoccupation et qu'il est ouvert à la discussion et prêt à chercher une solution équilibrée avec les pouvoirs publics. 
La réunion, co organisée par l'association Cad'eau et le Collectif à l'Abord'âges, a été nourrie par les recherches de citoyens impliqués. Elle s'est prolongée par une visite du parcours de la source et d'un jardin traditionnel mis en valeur par le collectif, I Lorgues You.
Toutes les personnes présentes ont été convaincues de la nécessité de protéger ce patrimoine, qui semble bien faire partie du patrimoine commun des lorguais. En effet, la source trouve son point de départ sur un terrain, mais est courante et parcourt tout Lorgues. Par ailleurs, souterraine, ses galeries ont longtemps été entretenues par les différentes municipalités, et elle est dotée d'une pompe, située chemin du train des pignes, dotée d'une regonfle construite par une municipalité précédente (ces informations viennent de Mr Félix, responsable technique des eaux de lorgues).
Par ailleurs nous nous interrogeons sur sa disparition du cadastre le dernier, où elle apparaît est celui de 1928.
Citoyens, nous attendons de nos pouvoirs publics, et notamment de la mairie ,qu'ils poursuivent le travail que nous avons initié. En aucun cas, des lotissements ne doivent être construits sur ce terrain sans que la source ne soit protégée, avec professionnalisme et respect. 
Des options sont ouvertes, une pétition notamment. Le Collectif à l'Abord'âges et l'association Cad'eau vont prendre rapidement rendez-vous avec Mr Alemagna, maire de Lorgues, pour lui livrer les résultats de cette réunion. Nous allons également nous mettre en lien avec l'association Lorguaise, Les Amis de Saint-Ferréol et le vieux Lorgues
Pour information, nous vous rappelons que le Collectif à l'Abord'âges se réunit tous les jeudis matin, de 9h à 11h, au café associatif de Lorgues: L'Embarquadhère, que nous remercions chaleureusement pour son accueil. Notez nous sommes absent.e.s lors des vacances scolaires et le reste du temps tous les soutiens sont bienvenus!